«Je préfère un vol easyJet bondé aux sièges de l’opéra»

par Francesco Brienza/apn

 – Les places assises sont les «oubliées» de la récente rénovation du théâtre qui a tout de même coûté 30 millions de francs. Mais pour un confort total, il aurait fallu biffer 200 sièges.

«Rester assis deux heures là-dessus? Non merci!» A peine installé dans un Opéra fraîchement refait à neuf, cet amoureux de la musique classique a vite compris que sa soirée serait longue. «Les sièges étaient très inconfortables, se souvient-il. On aurait été plus à l’aise dans un vol easyJet bondé…» Son avis est partagé par Caroline, qui a assisté comme lui au «Redbull Flying Bach», jeudi dernier: «Un comble, surtout que les travaux ont coûté 30 millions de francs!»
Dans 20 ans, le Théâtre comptera moins de places.
Dans 20 ans, le Théâtre comptera moins de places. Cacophonie au Conservatoire

A Yverdon-les-Bains (VD), plus de 8 millions de francs ont été consacrés à la rénovation du bâtiment qui abrite une unité d’accueil pour écoliers, un restaurant et un conservatoire. Mais, à l’école de musique, c’est la cacophonie quand des jeunes jouent en simultané dans les studios. «Nous avons demandé aux architectes et ingénieurs de résoudre le problème», a réagi la municipale de l’urbanisme Marianne Savary.Directeur de l’Opéra, Eric Vigié balaie ces critiques d’un revers de la main: «Le chantier portait sur les infrastructures et les coulisses. La salle n’a pas été touchée, puisqu’elle est classée.» Il ajoute que le public du «Flying Bach» a la critique facile: «Nos sièges sont en bon état, nous ne sommes pas dans des standards bas de gamme.» Fidèle parmi les fidèles, le président de l’Office des vins vaudois Pierre Keller défend d’ailleurs avec ferveur le confort du théâtre.

Toutefois, un critère vital a également été pris en compte dans le choix des travaux: celui de l’espace. Si les fauteuils devaient être refaits aux standards actuels, près de 200 passeraient à la trappe. «Et avec 760 places, on aurait un problème énorme de recettes et d’équilibre des comptes», explique le directeur. Municipal des Travaux, Olivier Français estime, lui, que «des travaux de sécurité et de confort sont à prévoir d’ici à vingt ans».

Les commentaires sont fermés.