L’Opéra National projette Carmen aux arènes de Bayonne

L’Opéra National s’exporte au Pays basque en projetant « Carmen » ce soir à Bayonne dans un lieu magique.

 

« Carmen », l’un des opéras les plus connus sera projeté ce soir aux arènes de Bayonne.

« Carmen », l’un des opéras les plus connus sera projeté ce soir aux arènes de Bayonne. (archives « [so[»)

 

Bayonnais, prends garde : « Carmen » arrive aux arènes de Bayonne. L’Opéra National, lance une opération séduction en région.

« On cherche de nouveaux moyens de diffusion pour toucher encore plus de monde. L’opéra reste un genre qui intimide : on ne sait pas si cela plaira, si on comprendra ce qui est joué… Beaucoup hésitent encore », explique le directeur adjoint, Christophe Tardieu. Pour que les réticents franchissent le pas, l’Opéra National lance « une grande opération de démocratisation culturelle ». En juin, il avait déjà fait halte à la Baule. Récidive à Bayonne, ce soir, avec l’opéra « Carmen », projeté dans les arènes. « Le choix de Bayonne s’est fait naturellement. ‘‘Carmen’’ est un opéra populaire, – tout le monde en connaît les tubes ! – Le choix de projeter l’opéra le plus tauromachique dans une arène tombe sous le sens. »

La mairie de Bayonne a donné son accord au projet.

« Carmen » en vidéo

Précision de taille : la découverte de Carmen se fera… en vidéo. C’est une captation de l’opéra joué à Paris qui sera diffusée.

Un débat qui agite la capitale depuis belle lurette. Faut-il encourager la retransmission en vidéo ? Ne perd-on pas le sens de l’opéra, joué sur scène en direct ? Pour Christophe Tardieu, la réponse est non. L’Opéra National a déjà développé une opération « Viva l’Opéra » qui diffuse des scènes en vidéo dans 200 cinémas dans le monde, attirant plus de 100 000 spectateurs. « La caméra permet même des mouvements qu’on n’aurait pas en représentation, comme le zoom ».

Opération démocratisation

Ce soir, pour toucher le plus de monde, l’entrée sera gratuite. « Aucune volonté d’impérialisme parisien », justifie Christophe Tardieu. « Si ça encourage les gens à aller à l’Opéra National, très bien. S’ils poussent la porte de celui de Bordeaux ou de Bilbao, parfait. »

Les commentaires sont fermés.